mardi 19 août 2014

Dans la peau d'un hétéro, dans son coeur, sa bite, juste un instant!

Je vous propose un exercice. Son double but est: 1) comprendre (un peu) la majorité, ceux qui n'arrivent pas à nous encaisser et qui nous jugent; et 2) voir le monde à travers les yeux de quelqu'un d'autre. Ces gens qui s'aiment -- et le montrent physiquement sur les photos que j'ai choisies -- sont encore nombreux à penser que notre manière d'aimer est une abomination. Et que Dieu ou la morale ou les psys la condamnent... Nous aussi, plus ou moins, ressentons leur façon de s'unir comme pas naturelle, pas normale, pas de notre goût. Pourtant, nous devons la vie à ce genre d'accouplement et avons l'intention de la vivre gayment.




Profiter de ce genre d'exercice (en faire un jeu) pour apprendre à percevoir les idées, les émotions, les points de vue de quelqu'un d'autre que nous est d'un grand enrichissement. Devenir capable de s'enfiler [oui, c'est voulu] dans la peau et la tête et le coeur et le sexe d'une ou d'un autre nous récompense avec un surcroit de créativité, d'empathie et de générosité. Sérieusement: cela rapporte des amitiés durable et des avancements professionnels, une plus grande liberté de pensée... Nous, les gays et les bis, y sommes entraînés tous les jours quand nous écoutons les autres parler de leur vie normale sans se soucier de ceux qui vivent d'autres situations -- le chômage, la famille mono-parentale, l'exclusion à cause de leurs origine, de leur religion, d'un handicap ou de notre orientation. Mais il est facile de laisser couler la conversation, au lieu de se mettre à leur place. Imaginez: vous êtes un père qui amène son petit à l'hôpital après un accident. Vous savez qu'il va être terrorisé et qu'il va souffrir sans bien comprendre ce qui lui arrive, et que vous allez peut-être être séparés durant ces moments terribles.


Je pense aux parents, à Gaza, dont l'enfant a été tué par un objet tombé du ciel. Vous serrez dans vos bras ce corps déchiqueté. Vous n'avez pas pu prendre congé de lui, avant. Et toutes les autres réactions... Ou vous êtes la mère de cette petite fille qui vient de mourir après un attentat à Jérusalem. Le porteur de bombes lui aussi est mort. Les médias vous demandent si vous criez vengeance. Vous répondez -- parce que vous avez appris à vous glisser dans la peau des autres: "Je suis une mère, et la femme qui a donné la vie au jeune-homme qui s'est  immolé dans un attentat est comme moi: une mère. Les responsables, ce sont les dirigeants d'Israël."




Nous avons tous des peurs irraisonnées: par exemple celles de ne pas être assez ceci ou cela pour entrer dans le moule. Nos solutions pour noyer ces terreurs: l'alcool, la haine, la militance, la religion, le parti politique. Donc des cheminements qui ne nous permettent pas de découvrir et accepter avec amour et considération qui nous sommes vraiment. Je lis et c'est ardu La synchronicité, l'art des coïncidences, des choix et des pouvoirs de votre esprit de Kirby Surprise (son vrai nom!) aux éditions ADA. Son commentaire sur ce sujet: "Parfois, la meilleure façon d'obtenir ce dont vous avez besoin est de puiser dans ce que vous avez en vous." Le tout est d'apprendre comment y parvenir. C'est ce à quoi je m'attache dans mon apprentissage de chaman occidental et contemporain, libre des attaches traditionnelles. Et oh: admirez ces bites qui se dressent devant une promesse de plaisir et de bonheur partagé -- comme les nôtres!

André



1 commentaire:

lukkas a dit…

SORRY but I didn´t understand the message you wanted to convey in this text!

anyway straight images are very sexy
i love straight men!!