vendredi 26 décembre 2014

Le "Festival nu" japonais allie sensualité, vigueur et spiritualité



C'est une manifestation joyeuse où les fidèles accomplissent un rituel de purification dans la plus humble nudité possible. Elle a lieu en divers endroits du Japon, hiver comme été, et se décline en plusieurs étapes qui comprennent l'immersion dans l'eau froide, une lutte entre les participants pour s'approprier un objet béni, un moment de repos dans un sanctuaire, puis un saut dans la boue où les mecs s'en donnent à coeur joie. On dit qu'un homme totalement nu se cache parmi les fidèles; son rôle symbolique consiste à purger ceux qui le touchent de leurs mauvaises actions et de leur malchance. Un prêtre shinto accorde sa bénédiction à la foule rassemblée.

Comparez Hadaka Matsuri, ce "Festival (de l'homme) nu" aux commémorations chrétiennes! Lorsque notre dieu est dans les langes, les femmes du 21e siècle sortent leur col de fourrure. Alors qu'il se fait baptiser, adulte nu immergé dans le fleuve, les baptêmes d'aujourd'hui mouillent de trois gouttes la tête d'un bébé qui n'y comprend rien. Pour rappeler sa mort, corps sanglant fouetté, dénudé et percé de clous, ses fidèles mettent leur costume du dimanche.





J'aime la charge sensuelle, mêlée au spirituel, qui se dégage de Hadaka Matsuri. Les gars qui participent à la mêlée revêtent le fundoshi cérémoniel. C'est la barrière à la fois infranchissable et si facilement détachable qui les sépare les uns des autres et en fait des individus immergés dans cette masse virile et bagarreuse... La sensualité et la spiritualité sont indispensables à la conduite d'une vie humaine équilibrée. Comme la sexualité qui -- on semble l'oublier -- s'exprime différemment suivant les situations. Parfois il s'agit de l'acte, parfois de notre incarnation dans un corps mâle, avec ses attributs, ses exigences et ses faiblesses.




Dans le Festival de Hadaka Matsuri, les participants revêtent un cache-sexe qui les rend tactilement conscients de leur virilité, de leur appartenance au clan masculin, de la fraternité et de la compétitivité que le clan réclame de ses membres. Le rituel de purification leur permet d'épurer et clarifier cette situation. Et c'est tellement important, aujourd'hui, de pouvoir nous situer au milieu de la confusion concernant les rôles, les genres et les différentes "égalités" !

André


5 commentaires:

Xersex a dit…

connais-tu les rites (phalliques) de fertilité japonaises???

bonne journée André!!!

Lajiao a dit…

Ohayo Maître Po !

C'est le "fesses-tival" de l'homme nu :-p

Ils sélectionnent un homme du village qui portera le titre de l'homme esprit (shin-otoko). Des gardes du corps essaient de le protéger d'une foule en délire ( car le simple fait de le toucher porte chance) et ils doivent traverser cette marée humaine. Au début, le shin-otoko arrive a se déplacer sur ses jambes...mais il est vite submergé, les gardes doivent porter le corps au-dessus de leur tête... il arrive dans le temple dans un triste état (ecchymoses, etc..).

Certain shin-otoko se rasent le crâne pour que la foule ne puisse pas le retenir par les cheveux et heureusement pour les asiatiques que le service trois pièces n'est pas volumineux et reste un peu planquer :-)

Je n'ose vous imaginez ...vous Maître Po en shin-otoko...avec vos tétons... par quel calvaire vous passeriez ! :-p

André a dit…

Oui Xersex, si c'est des saucisses roses gigantesques qu'ils promènent dans la rue.
*****

Lajiao: le Shin-Otoko rase aussi ses poils pubiens pour faciliter le transfert des énergies négatives. Mais comment fait-il ensuite pour se libérer de toutes ces maladies, de ces mauvais sorts?
Aujourd'hui, c'est considéré comme un honneur d'être choisi pour ce rôle; mais à l'origine, le prêtre local désignait un pauvre homme méprisé...

gluteos z a dit…

asian guys have a huge bubble butt this ritual is very sensual !

hauts-maux a dit…

Impressionnant et érotisant ne même temps :)