lundi 31 mars 2014

Ces familles qui rejettent leur enfant lorsqu'il sort du placard...




Dans Savage Love, courrier du coeur et du cul, Dan Savage répondait la semaine dernière à une question de première importance: "Comment une jeune personne en train d'assumer sa sexualité peut-elle accepter de perdre l'amour inconditionnel de sa famille ?"

Savage analyse la situation sans détour. <<Vous ne pouvez pas perdre quelque chose que vous n'avez jamais possédé. Vous ne vous étiez pas rendu compte de la nature conditionnelle de l'amour de votre famille avant de vous accepter vous-même et de demander à vos proches d'en faire de même. Et vous avez découvert qu'ils y mettaient une clause: il fallait que vous soyez hétéro ou que vous restiez au fond du placard. Et voici le paradoxe: 1) vous avez perdu vos illusions concernant l'amour familial inconditionnel en annonçant votre coming out, 2) mais cette démarche pourrait bien vous permettre, finalement, de le gagner. Restez ferme, revendiquez leur respect et leur amour. Votre famille -- comme celles de beaucoup d'autres LGBT -- pourrait bien évoluer en apprenant à accepter et aimer la personne que vous êtes réellement. Cela prendra du temps. Néanmoins un jour, en faisant le bilan, vous pourriez constater que votre orientation sexuelle ne vous aura pas fait perdre l'amour inconditionnel de votre famille -- elle l'aura enfin conquis.>>

Rejet, solitude, tentation de suicide.




Pourquoi notre entourage a-t-il de la peine à nous encaisser ? Il y a, je pense, de la gêne à envisager une sexualité en dehors de la baise papa-maman. Un deuil à faire sur une descendance éventuelle. De l'envie à cause de la liberté dont nous jouissons sans avoir besoin de tricher. Et ils oublient le taux d'échecs et de drames qu'entraîne la voie conjugale qu'ils appellent "normale". Ceux qui nous condamnent au nom de la religion croient pouvoir haïr avec la bénédiction divine. Une église de Harlem (New York) la "All The Land Anointed Holy Worldwide Missionary Church" (évangélique baptiste), affiche actuellement sur son panneau public: "Jésus lapiderait les homos"... Nous nourrissons tous des haines envers certaines catégories de personnes, mais avec mauvaise conscience et le désir de changer.

Les amours homosexuelles ou bisexuelles répondent aussi bien que les autres au besoin d'être accompagné, soutenu et encouragé par une personne qui soit notre miroir, notre mentor. Et réciproquement. Les rencontres problématiques nous permettent de prendre conscience des difficultés que nous avons connues durant l'enfance ou héritées de nos ancêtres à travers la mémoire génétique. Cela afin de nous en délivrer. Dans notre cas, la relation entre personnes du même sexe est probablement la meilleure solution pour y parvenir. Sinon nous serions nés hétéros!

André



samedi 29 mars 2014

Quel chef-d'oeuvre que l'homme ... semblable à un dieu! -- Hamlet




Quel chef-d'oeuvre que l'homme! Qu'il est noble dans sa raison, infini dans ses facultés!
Dans sa forme et ses mouvements, comme il est expressif et admirable! Par l'action semblable à un ange! par la pensée semblable à un dieu! C'est la merveille du monde, l'animal idéal...
-- Shakespeare, Hamlet, acte II scène 2.

What a piece of work is a man! How noble in reason, how infinite in faculty! In form and moving how express and admirable! In action how like an Angel! in apprehension how like a god! The beauty of the world! The paragon of animals!





Sir Patrick (Stewart), alias capitaine Jean-Luc Picard, dans Star Trek.











jeudi 27 mars 2014

Un collier en cadeau si vous montrez votre zizi à New Orleans...



Deux événements attirent les LGBT à la Nouvelle-Orléans: Mardi Gras et le week-end de Southern Decadence. Le premier se déroule dans le lower French Quarter, au coin des rues Bourbon et St. Ann, haut-lieu des activités gays. Ces photos montrent une tradition récente (qui choque les citoyens "respectables"): le flash for beads, s'exhiber pour des colliers. Femmes et hommes montrent leurs atouts et reçoivent un collier en retour. Vivre un jour dans la peau d'un exhibitionniste heureux et en être récompensé, plutôt qu'amendé, que peut-on rêver de plus excitant? L'an prochain, les festivités du Mardi Gras se dérouleront du 12 au 17 février.








 
La Nouvelle-Orléans, fondée en 1718, suit son propre chemin au sein d'une Louisiane plus collet monté. Les Français, Espagnols, Créoles, Africains, catholiques et païens qui l'ont peuplée sont plus gais et gays que le reste de la population. Voici un exemple qui montre comment l'on crée du bonheur dans la dèche. Un dimanche d'août 1972, quelques amis qui créchent dans une ruine au 2110 Barracks Street décident d'organiser une fête. Entre six et dix, on ne sait plus très bien car cela changeait tout le temps, ils sont tous dans la panade. Imaginez: ils tiennent salon dans leur salle de bain; une baignoire sabot, un grand canapé. L'un trempe dans l'eau pendant qu'un autre lit Un Tramway nommé Désir à haute voix et qu'une troisième se glisse dans la peau de Blanche DuBois. Les participants viendront à la fête déguisés en décadents du Sud. Cinquante personnes répondent à l'invitation, boivent, fument et se frottent derrière le figuier... Ils reprennent le thème l'année suivante et ainsi de suite, émigrant dans les bars, défilant sur la rue pour montrer leurs costumes.




La Nouvelle-Orléans a connu de nombreuses catastrophes, la première en 1788 lorsqu'un incendie a détruit 856 bâtiments. La plus récente en 2005 après le passage d'un ouragan. Une partie de la ville est construite en-dessous du niveau de la mer, mais les habitants essaient de booster leur joie de vivre en attendant la prochaine calamité. Une situation que connaissent aussi les gays.

André

mardi 25 mars 2014

De l'orgasme masculin, du coming out et de notre initiation gay




Quelques peuples premiers (ce terme est plus respectueux de leurs valeurs que primitifs) pratiquent
encore de réelles cérémonies initiatiques pour transmettre les secrets de la virilité et de la maturité à leurs adolescents. Des jeunes hommes qui ont abandonné la vie traditionnelle pour travailler ou étudier en ville décident néanmoins de s'y soumettre et retournent au village afin d'y participer. Ils veulent respecter le désir de leur père ou ressentent le besoin de traverser cette épreuve qui leur apportera un supplément de sagesse. Non sans appréhension devant l'inconnu qui, le savent-ils, les précipitera dans des expériences de privation, de dépouillement et de douleur. Suivant les régions du monde, il s'agira de flagellations, de circoncision (c'est plus douloureux lorsque la verge est arrivée à maturité), de tatouages, scarifications, entre autres. Mais aussi de perte de repères, de méditation et d'enseignement. Les anciens qui les accompagnent sont tour à tour bourreaux et soutiens. Comme le soigneur du boxeur.


En Occident, nous avons perdu les bienfaits d'une initiation pensée de génération en génération. Restent les scouts et les clubs de sport pour ados (si l'encadrement est sain) ainsi que la camaraderie qu'on y trouve. Les gays traversent une autre sorte d'initiation: la sortie du placard. Certains bénéficient d'un encadrement (copains, aînés, livres, internet). D'autres improvisent dans l'obscurité, ce qui revient à dire qu'ils se lancent courageusement dans une auto-initiation. Tâtonnements, mauvaises rencontres, fausses informations se trouvent sur leur chemin.



Qu'ils traversent avec courage et beaucoup d'émotion... Or ils se trouve que nous revivons ce cycle de libération durant nos orgasmes! Ici on ne parle pas de vidanges, mais d'orgasmes partagés avec un amoureux, avec un ami chaleureux, avec un inconnu qui aura suscité le grand jeu, ou lors d'une prise en main opérée sans hâte. Pourquoi, comment?

Solitude.

Secret.

Humiliations.
Sans en être conscients, nous reproduisons les événements qui nous ont menés au coming out dans ce moment extraordinaire qu'est un orgasme. Pensez: l'excitation, la décision, la montée de tension, la rétention, le larguez tout. L'éjaculation triomphale, c'est la victoire sur le secret, la honte, les humiliations. Sur cette homophobie contre nous-même, si difficile à arracher jusqu'aux dernières racines.



Le coming out, on n'en aura bientôt plus besoin. Quant à l'orgasme, il est éternel: il nous relie au passé et à l'avenir, aux diables et aux dieux.

André