mardi 13 janvier 2015

Comment encourager la capacité d'offenser et de terrroriser...


La France, grand corps malade.
À l'issue des événements tragiques de la semaine dernière en France, le quotidien Le Monde a titré "Le 11 septembre français"... Que s'est-il passé après le 11 septembre new-yorkais? Le président Bush a instauré la surveillance rapprochée de tous les Américains [maintenant généralisée au monde entier]. Et, sur la foi d'un mensonge, il a enchaîné avec deux guerres au Moyen-Orient. Pour venger les 3000 victimes des deux tours? Comparez! Aux États-Unis en 2013, plus de 12'000 adultes et enfants sont morts sous les balles d'un assassin, soit 33 personnes par jour!

Le 30 décembre dernier, à Hayden dans l'Idaho, un petit garçon de deux ans accompagnait sa mère au supermarché, installé dans le caddy. Pour se distraire, il a ouvert le sac à main de maman et s'est mis à jouer avec le pistolet petit calibre qu'il contenait. Un coup est parti, la mère est tombée, on n'a pas pu la réanimer. Deux jours plus tard, Empire News qui affiche des titres sensationnels du genre "Le cancer enfin, vaincu" ou "Une grand-mère mangée par son chien", rapportait la déclaration du policier local selon lequel l'enfant serait traîné en justice. Les blogues se sont empressés de reproduire cette "information" qui provenait d'un site satirique spécialisé en fausses nouvelles. Jusqu'où mènent le port des armes généralisé et la possibilité de se moquer de tout...



"Charlie" ne distingue pas entre religion musulmane et terreur islamique,
ni entre critique politique et racisme. Il va continuer à défendre
sa liberté d'offenser...  Avec d'autres répliques djihadistes en perspective.

Dans le Nouveau testament [Bible], l'apôtre Paul écrit: "Tout est permis, mais tout n'est pas utile; tout est permis mais tout n'édifie pas." (1Cor.10:23.) Louis Pasteur, inventeur du vaccin contre la rage, ajoute: "Les peuples s'entendront, non pour détruire, mais pour édifier." Édifier dans le sens de construire.

Qui eût cru que trois jeunes Français influençables sèmeraient pareille terreur dans leur patrie? Les cinquante chefs d'État qui ont fondu dimanche sur Paris ont dénaturé l'esprit du rassemblement populaire. Ils l'ont transformé en un gigantesque succès des forces terroristes. Ces politiques, sauront-ils oeuvrer à la paix entre les pays, entre les communautés religieuses, les races et les opinions politiques? Et comment sera reçu leur message uniforme "Je suis Charlie", cette mobilisation à la sauce Facebook? (Après le 11 septembre, beaucoup d'impulsifs à travers le monde avaient proclamé "Je suis Américain". Bush en a profité pour réaliser ses projets de guerre.) Enfin, est-ce soutenir la "liberté d'expression" que de cautionner la ligne éditoriale de "Charlie Hebdo", ou est-ce encourager la liberté d'offenser?


Le mec que j'aimais le plus au monde, la passion de ma jeunesse a été assassiné en 1985. Le commanditaire de ce crime, que je connaissais, est un homme d'affaire musulman résidant en Turquie. Il n'a jamais été inquiété par la justice. Ce meurtre lui a permis de rafler la maison que mon copain, un Suisse, possédait au bord de la mer. J'ai beaucoup réfléchi à l'inimitié cultivée de part et d'autre entre les religions du Livre. Je ne nourris plus aucun ressentiment et le chagrin, après un long travail, est devenu une source de compréhension. Néanmoins la perte demeure. Je puis imaginer par quoi vont passer les familles en deuil.

André

10 commentaires:

Stéphane a dit…

Wolinski, l'un des dessinateurs tués, avait dit: "Le paradis est plein d'imbéciles qui croient qu'il existe". Maintenant il est bien obligé de se rendre compte qu'il en faisait partie.

Nicolas a dit…

Merci pour ton magnifique édito qui expose avec lucidité les enjeux politiques autour de la ferveur communautaire de Dimanche. Merci pour l'intelligence et la beauté de ton blog que je suis chaque jour.

Lajiao a dit…

Pierre Desproges disait : "On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui"

Xersex a dit…

en effet, leur but est d'affirmer la satire contre tout le monde, comme une valeur en soi. Je pense qu'ils ont réussi!

Guy Zulma a dit…

Où je n'ai rien compris à ce que je viens de lire...mais je trouve absurde de faire un parallèle entre "le port d'armes généralisé" et la "possibilité de se moquer de tout".

Où je n'ai rien compris à ce que je viens de lire...mais je trouve un peu léger et décalé de désigner ces terroristes par un "trois jeunes Français influençables [dont personne n'aurait soupçonné que]"...

Où je n'ai rien compris à ce que je viens de lire...mais je trouve faible le terme de "pareille terreur" (parce qu'il entre en contradiction avec les "jeunes" qui précède.

Où je n'ai rien compris à ce que je viens de lire...mais c'est un biais de l'esprit que de prendre une réponse internationale pour "un gigantesque succès des forces terroristes". Se taire politiquement aurait signé une vraie victoire du terrorisme.

Où je n'ai rien compris à ce que je viens de lire...mais oser encore un parallèle entre le "je suis américain" d'un Bush-va-t-en-guerre et le "je suis Charlie" qui n'est que l'expression d'une révolte nationale contre un ignoble massacre qui met en danger les fondements mêmes de notre Liberté, c'est tout simplement une horreur intellectuelle.

Où je n'ai rien compris à ce que je viens de lire...mais je ne crois pas que quiconque ait cherché à "cautionner la ligne éditoriale de C.H. en voulant soutenir la "liberté d'expression".

Le dernier § de cet article serait une conclusion à un "magnifique édito qui expose avec lucidité les enjeux politiques autour de la ferveur communautaire de Dimanche" (dixit Nicolas). Depuis quand provoquer une émotion par l'évocation d'un souvenir personnel triste est-elle une démarche intellectuelle conclusive ? Et qu'est-ce qui permet d'affirmer que "Dimanche" a été propice à "une ferveur communautaire" ??? De quelle communauté, s'il vous plait de le préciser ?

André a dit…

Cher Guy, le noeud réside dans le fait que tu respires dans une culture de l'affrontement et que j'ai été élevé dans une culture de la négociation. D'où la divergence entre nos modèles de pensée et de vie; cette divergence se manifeste clairement dans nos blogues respectifs.

Mandrake a dit…

"Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?" Lewis Caroll.

Nico a dit…

Lu avec intérêt tous ces commentaires. Ils traduisent, face à la barbarie, le paradoxe entre ressentis individuels avec chacun son propre chemin de vie et ses idées politiques, et cet élan collectif et spontané de dimanche pour nous les petites gens du « peuple » ( le mot « communautaire » était mal employé, dont acte). Dimanche a traduit ce ressenti collectif d’œuvrer enfin pour un multicultarisme assumé et parfaitement Républicain pour lequel nos politiques n’ont jusqu’alors jamais engagé une quelquonque perspective. Ces derniers ont eu le culot de s’afficher en début de manifestation, leur place dimanche aurait était d’être en queue de cortège, n’en déplaise à Nicolas Sarkosy qui aurait bien eu du mal à être sur la photo…
Je suis très pessimiste pour la suite, et les mots de vos différents commentaires traduisent tous finalement notre même inquiétude et notre même peine. Mais de grâce, moins d’affrontement ! , soyons tolérants envers nos idées, nous couleurs de peaux, nos affects et nos chagrins.

Pierre LABBE a dit…

Bonjour,
Je suis un lecteur attentif, depuis un bail, de ce blog.
Et pardon de réagir à l'édito du 13 janvier avec retard mais surtout aux commentaires qu'il a généré...
Je veux simplement souligner que la fusion des différences, qu'elles soient d'opinion, de culture, de croyance ou de mode de vie a toujours été, historiquement, le moteur du progrès humain. Pour preuve, bien avant J.C. l'alliance conclue après des décennies de guerre entre deux grandes civilisations qu'étaient les empires hittite et égyptien ; plus tard, l'essor de la péninsule ibérique bâti sur l'interaction entre les traditions musulmanes, chrétiennes et juives ; plus près de nous encore, la prospérité de l'empire ottoman qui, s'appuyant certes sur une armée forte, s'est enrichi d'idées et de techniques nouvelles par les apports chrétiens et juifs, développant ainsi l'art musulman à son plus haut niveau...
Pourtant aujourd'hui,à l'ère de la mondialisation, nous ne vivons pas dans des mondes si différents, au contraire de nos ancêtres... Bref, pourquoi au temps de la communication exacerbée ne sommes nous pas capables de nous écouter et de nous entendre ?
Vive la fusion des différences, vive l'alliance des civilisations !
Cordialement,
Patrick
jp.petit@gmx.fr

André a dit…

Pierre! Tout à fait d'accord avec toi, je me pose la même question et je trouve que nous, Occidentaux privilégiés par l'accès aux voyages, aux études et aux livres devrions montrer l'exemple de l'ouverture... Et non pas de l'insulte, style Charlie.