dimanche 29 mars 2015

Suivre le sentier sauvage qui mène du menton au pubis et plus loin





Et humer les senteurs...

... aux messages différents à chaque étage.













6 commentaires:

Claude Vergne a dit…

merveilleux
un lecteur français de l'Orne
bien à toi
cv

unnu a dit…

Je nous sens mieux
Je nous sens bien
Je nous sens bon
Dans tous les sens

ZobàDada a dit…

J'aime quand le sentier est un peu broussailleux :)

Xersex a dit…

Je préfère un chemin «lisse», sans arbres ni cheveux ni buissons.

Philippe a dit…

...et moi, j'ai eu la chance, durant 3 mois, d'emmêler ma légère toison pectorale à celle d'un garçon qui la portait en forme très exacte d'un coeur dont la pointe, très longue, descendait jusqu'au pubis... (Vrai !)
Nous sommes restés en très bons termes.
Alors, E., si tu lis ce blog et que tu te reconnais, je prie d'envoyer ta photo à André pour lui prouver que je n'ai pas menti... De plus, cette merveille, on n'a pas le droit de la garder pour soi...

André a dit…

Lorsque je caressais et embrassais ses bras, mon compagnon remarquait: Tu ne m'aimes que pour mes poils! Je lui demandais: Comment l'as-tu découvert?

Cela fait douze ans qu'il s'est envolé vers une autre dimension. Il m'envoie parfois des messages ou des signes pour m'aider à résoudre un problème. C'est une présence très généreuse. N'empêche que sa toison me manque!