jeudi 13 août 2015

Daniela devenue Franck, en attente de son service trois pièces


"Maintenant, tout mon corps est moi."

La société occidentale commence à prêter attention aux questions que se posent, très tôt, certains enfants sur leur orientation sexuelle ou le genre auquel ils se sentent appartenir. Un de mes neveux, quatre ans, qui avait vu une émission de TV sur l'homosexualité à laquelle j'avais participé (début des années 1980) a demandé si, quand il serait grand, il pourrait avoir une tondeuse à gazon et quand même se marier avec une fille. Une fois par semaine, nous poussions ensemble ma tondeuse devant sa maison... Franck -- que j'ai déjà présenté ici -- avait douze ans et se prénommait Daniela lorsqu'elle/il a compris la cause du malaise qu'elle ressentait: elle n'habitait pas le corps qui coïncidait à sa personnalité et à son âme. Son entourage n'a rien voulu savoir, ne l'a pas soutenue dans son questionnement.

Son père abusait d'elle et la battait; elle l'a rayé de sa vie dès le divorce des parents. Sa mère a toujours été  sourde à sa volonté de changer de sexe et ne l'a jamais aidée à comprendre son problème. Aujourd'hui encore, elle refuse de reconnaître le changement de prénom... Daniela, née en 1965, a longtemps ignoré qu'elle n'était pas seule à vivre ce phénomène nommé dysphorie de genre. Mais elle n'a jamais molli. Une émission de TV l'a mise sur le chemin. Elle a écrit à la personne qui avait parlé de sa transition et reçu une réponse. Ont suivi des contacts sur la toile. Une femme qui avait transité de masculin à féminin (m à f) lui a fait connaître une association de personnes transgenre dont les membres se réunissent régulièrement. Daniela/Franck y a trouvé une famille et sa place dans le monde.

Surprise, surprise!

Avant.

Après.

De Yvonne à Balian Buschbaum.
Aujourd'hui, beaucoup de personnes de tous les âges font entendre publiquement qu'elles ont fait réparer les erreurs de la nature dont elles souffraient. Et les voies tant légale que médicale leur sont ouvertes. C'est pourquoi, après avoir végété si longtemps dans l'attente, Daniela a enfin trouvé les professionnels qui allaient l'accompagner et l'encourager dans sa transition. Tout d'abord un psy, personnage clé qui a signé les papiers nécessaires pour entamer les démarches (changement d'état civil, accord de la compagnie d'assurance) et pour commencer la transition médicale avec des injections de testostérone.

Six jours, quatre mois et six ans après la mastectomie.

Après, Lawrence T. Richardson est devenu pasteur.

Shawn Stinson, le premier f-à-m champion de bodybuilding.
Les seins ont diminué de taille; les muscles se sont développés, aidés par la culture physique; la voix a changé en même temps que poussaient les poils de la barbe. Et la nana a pris naturellement des allures de mec plus affirmé, tête haute, jambes écartées. Une double opération a eu lieu ce printemps: mastectomie et stérilisation (ablation des ovaires). Après avoir pataugé tant d'années dans le corps de quelqu'un d'autre, Daniela devenue Franck se sent sur le chemin de la libération et de la jubilation. On observe sa paix et sa confiance, c'est étonnant pour un être qui a traversé tant de difficultés, connu tant d'incompréhension. Il a adopté un style de méditation très personnel: il dessine des mandalas à sa manière très géométrique, et perd la notion du temps, puis s'endort calmement.

Effet de la testostérone.

Effet de la "petite différence".
À cinquante ans, alors qu'il en paraît trente, il semble avoir toute la vie devant lui. Les prochaines étapes de sa transition passeront de nouveau par la table d'opération. En vue: un service trois pièces fonctionnel et de vraies sensations physiques. On en reparlera, si Franck est d'accord.

André


Soutenue par les deux sexes, Daniela transite en Franck et jubile: "Ouah! je suis un mec..." Un cercle de personnes qui ont traversé les mêmes épreuves, dans un sens ou dans l'autre, l'accueille pour l'accompagner et le soutenir. -- Photos du spectacle Hit the Boom de la compagnie Uhlich & Dancers, donné le 14 juillet à Vienne.

5 commentaires:

badinguet a dit…

comme l'ancienne "championne" de ski autrichienne, je comprends bien le passage de homme a femme, par opération, mais arrive t-on , par opération, a faire un sexe masculin sur un corps de femme ? et comment ? donner ses organes après la mort, ok, pourrait-on gréffer mon sexe sur une personne ? ce serait amusant de savoir qu'il fonctionnerait encore après ma mort !!! ( il est de belle taille )

André a dit…

Baldinguet!
Je n'avais jamais pensé à cette forme d'altruisme, bravo! Et c'est une belle manière de perdurer en donnant du plaisir (et pas mal de soucis ou d'obsessions).

Eric a dit…

En comparaison avec ceux de Franck, mes problèmes rencontrés dans ma jeunesse de gay ne se mesurent pas. Durant mes études, j'étais calé dans les branches scientifiques et j'aidais les camarades qui avaient des difficultés ce qui fait qu'ils ont peu à peu cessé de se moquer et de me traiter de tous les noms. Avec mes parents, il y a eu une période difficile. Mais au moins ils m'ont accompagné chez un psy qui après les questions d'usage leur a déclaré que j'étais un gay bien dans ma peau, qu'ils ne devaient pas se faire de soucis pour mon avenir, mais me soutenir dans les passes difficiles. Puis ils ont rencontré un autre couple avec une fille lesbienne qui les a aussi rassurés.

Tandis que Franck n'a pas bénéficié de ces soutiens. Je suis très ému de son histoire et le trouve formidablement courageux d'avoir survécu à tant de difficultés. Et je me demande ce qu'il a vécu en tant qu'adulte avant de prendre sa décision, ce dont il ne parle pas. Je lui souhaite le meilleur pour les étapes suivantes. Je sais pour l'avoir lu dans un magazine que ce n'est pas une promenade au soleil. Bon courage Franck si tu me lis.

franck frenguelli a dit…

Salut Eric, j'ai eu beaucoup de plaisir a lire ton message, oui je suis de tout coeur avec toi car chaque personnes qui vivent différement de la société on un regard et des paroles qui fond mal, mais je suis content pour toi que tu a le soutiens de tes parent s se sont des personne formidable et toi aussi même si je ne te connais pas, et pour répondre a ta question voici ma réponse:

coté soutien d'un coté ou de l'autre zéro, merci beaucoup pour ces belles paroles qui me fond plaisir,je peux te dire qu'avant de prendre ma décision j'ai vécu des moment très difficile que je préfère ne pas en parlé car ce sont des moment douloureux et c'est un passage de ma vie que je préfère oublier, je te remercie du fond du coeur car pour moi ma vie commence maintenant et je suis chaque jours plus heureux et plus fier d'être ce que je suis un homme proche de la fin de sa vie de femme et qui arrive vers ma vie d'homme, oh que non tu a tout a fait raison c'est pas une promenade au soleil, mais maintenant j'arrive a la fin du tunnel et je vois la lumière et je suis heureux il me manque plus qu'une chose et je serait encore plus heureux mais sa viendra un jours, merci Eric bon dimanche a toi

franck frenguelli a dit…

salut Badinguet, pour répondre a ta question je peux te dire que pour faire un sexe d'homme sur un corps de femme la deuxième étape de mon opération il vont prendre le clitoris pour le faire sortir un peux plus que comme il y a sur la photo qu'André a mis pour le résultat de la thésto, et il vont fermé l'ouverture qu'il y a entre les lèvre pour la fermer, et ensuite il vont prendre la peau au bras pour faire la greffe pour réalisé le sexe de l'homme, j'espère que j'ai bien répondu a ta question, très belle soirée a toi