lundi 21 septembre 2015

Du bon usage de l'homosensualité chez les hommes les plus virils




Créer des liens non sexuels et pourtant d'une forte intimité entre mâles pose problème à la plupart d'entre nous -- hétéros ou gays. Le terrain où les choses se passent au mieux c'est celui des sports collectif. En mars, dans La beauté brute du rugby pour comprendre celle de la méditation [ici] les commentaires analysaient les "transversales des énergies et courants masculins" que j'aime analyser en établissant des liens un peu tordus sur le mystère des rituels masculins. L'un des intervenants considérait le rugby comme une préparation à la guerre où l'individualité est niée, un autre concédait qu'il n'est pas mal de dissoudre l'égo durant l'espace d'un jeu.


Les sports dans lesquels s'affrontent deux équipes ou deux individus perpétuent une très ancienne cérémonie de sacrifice au dieu de la guerre. Il s'agissait de détourner son courroux lorsqu'on renonçait à lancer une nouvelle guerre. Remarquez que ce rituel ne fonctionne pas aux États-Unis, nation très demanderesse de sports violents et pourtant prête à tuer des ennemis imaginés et ses propres fils pour maintenir son rang aux yeux du monde et de son Dieu (qui n'a rien à voir avec le christianisme). Recette que les soi-disant islamistes (rien à voir avec la foi musulmane) lui empruntent.



Qu'est-ce qui attire les mecs vers les sports d'affrontement? Ici réside la distinction entre agressivité et combativité que la société a oubliée dans son langage et ses moeurs. Affronter, c'est faire face en s'exposant. Ces sports -- s'ils sont exercés loyalement et si possible (?!) hors d'un système commercial -- nous entraînent à aller au devant des défis que présente la vie, et à dépasser nos échecs (apparents, parce qu'ils préparent une victoire d'un autre type), nos drames, les accidents, les maladies.








Contemplez les artistes de la combativité qui figurent sur cette page. Scrutez-les d'une manière non sexuelle, mais sensuelle et amicale. Décryptez la subtilité de ces bagarres très rentre-dedans. Les combats sont à la fois violents et fraternels. Dans le meilleur des cas, ils forment ces grands gamins sportifs à devenir des adultes responsables envers leur famille et la société. Des hommes tels qu'on les souhaite, virilement généreux et décidés à protéger et faire évoluer la famille, la politique, la société, l'enseignement et l'encadrement des plus faibles. Sans les perpétuelles bagarres de chiffonniers que pratiquent les politiciens dépourvus de créativité.


Appréciez combien ces affrontements considérés comme virils sont proches de l'homosensualité naturelle. Le terrain du sport collectif et sa foule de spectateurs sont en même temps les plus homophobes -- dans le vrai sens de phobie, la crainte maladive et irraisonnée de certaines situations. Dans ce cas, la peur de la communion si désirée entre deux âmes sportives et deux corps mâles. Les gars qui se lancent dans ces sports et ceux qui les regardent passivement ont un profond besoin d'affirmer leur virilité et de se purifier de toute féminité en eux. Certains d'entre eux vivent dans une terrible crainte de ce qui serait vu comme non masculin. Et l'entraînement sportif qui utilise beaucoup l'insulte "comme des gonzesses" ou "bande de pédales" pour les galvaniser augmente encore cette tension entre le féminin et le masculin. Cela détruit en eux l'équilibre entre le yin et le yang nécessaire pour vivre une belle existence virile.

André

4 commentaires:

Philippe RV a dit…

Hello André,
Que de belles photos pour mettre sur le devant la virilité du corps de l'homme dans
l'effort du combat sportif, mais ô combien sensuel, tu l'as dit dans ton texte qui est admirable dans ses explications.
Tes photos sont superbes, j'aime surtout les photos en NB, la queue seule dressée comme une épée et le lion est trop. Quand à la dernière, elle est sublime et je n'ai plus de mot pour...
Merci cher Ami, bonne semaine et gros bisous virils
Philippe sur la Riviera

franck frenguelli a dit…

très belle photo André, et surtout de voir l'amour entre homme es la plus belle chose qui sois au monde et c'est 100'0000 fois plus beau que la nudité de la femme, merci André de les faire partagé

Xersex a dit…

évidemment le combat et chaque sport qui nécessite un impact physique important, ont leur motivation: vivre (et sublimer) les instincts de l'homme de l'agression. Mais il ya quelque chose de sensuel, voire érotique. Tout est dans tout!

Philippe du Nord a dit…

Restera toujours une question pour moi:
Peut-il exister un lien entre deux hommes qui soit totalement "non sexuel" comme tu le laisses entendre, André ?...
Et son corollaire:
Est-ce que tout contact sexuel, même le plus physique et "uniquement pour l'hygiène", ne crée pas un lien plus intime entre eux ?...

Vous trouvez que je me complique la vie ?...
Alors il y a bien longtemps que je pense la même chose !