lundi 19 octobre 2015

Les USA condamnent les thérapies anti-gay... sans les interdire




Le modèle christo-hétéro.




Un rapport que viennent de publier les Services de santé mentale de l'Administration américaine demande expressément que les soit-disant thérapies de conversion dont les organisations religieuses font usage pour [mal]traiter les jeunes LGBT soient abandonnées. Il précise dans un texte publié à l'intention des parents que toutes les recherches menées à ce jour démontrent l'impossibilité de modifier 1) l'orientation sexuelle, 2) le genre auquel une personne a la conviction d'appartenir. Comme l'a précisé l'un des experts du Service de santé mentale, ces pratiques sont inefficaces, néfastes pour la santé mentale et renforcent dangereusement les stéréotypes concernant l'identité sexuelle.


Gars devenu "normal" grâce à la thérapie.

Les suicides de nombreux jeunes LGBT -- forcés par leurs parents de se soumettre à ces thérapies religieuses barbares -- ont attiré l'attention du Comité des Nations Unies contre la torture ainsi que de l'OMS qui ont protesté avec force contre ces traitements dangereux. D'autre part, les associations LGBT et les milieux médicaux ne sont pas seuls à dénoncer ces pratiques depuis longtemps. En 2013 Alan Chambers, président d'Exodus International (la plus grande organisation religieuse qui récoltait des fonds pour mettre sur pied des stages de "conversion thérapeutique" à travers le monde) a mis fin à ces activités. Il a reconnu son erreur et demandé qu'on lui pardonne cet activisme. "Nous étions emprisonnés dans une vision qui ne respecte ni notre prochain ni la parole biblique."






Ces pratiques sont fondées sur des rapports frauduleux, d'apparence scientifique, qui prétendent que l'orientation homosexuelle est réversible. Par la prière, en renonçant aux amitiés avec d'autres garçons, en se purifiant de tous les accessoires "gays" [lisez: slip sexy, eau de cologne, pornographie, etc.], en cessant de se masturber et d'avoir des pensées gay, en exerçant un sport violent, on peut, prétendent-ils, se libérer du "péché" LGBT et retrouver la paix avec Dieu. Sinon: destination enfer et flammes éternelles. Les filles et les garçons qui ont subi sans succès ce lavage de cerveau pour devenir des ex-gays se sentent gravement fautifs: Dieu ne les aurait pas jugés dignes de la guérison promise. Il leur faut beaucoup de temps pour se débarrasser du poids mental de ces tortures. Les organisations religieuses qui soutiennent cette torture sont autant juives que chrétiennes cathos ou fondamentalistes protestantes. Les musulmans résidant en Occident commencent à s'y intéresser. Quel poison!
Aux États-Unis, seuls quatre États, dont la Californie, ont interdit ces "thérapies" qui sont aussi pratiquées en Europe.

André



Il faut beaucoup de temps pour s'en remettre et évacuer la colère.

8 commentaires:

Philippe du Nvd a dit…

Cesser de me masturber ?... à la rigueur, j'aurais pu si on m'avait attaché les mains…
Et même pas sûr !... Me connaissant j'aurais trouvé d'autres moyens pour faire sans !
Mais, cesser de penser et "cesser d'avoir des pensées gay", comment pourrait-on ?... Les seuls qui peuvent cesser de penser, ils sont 6 pieds sous terre !...
Et j'en ai connu qui y sont descendus bien avant leur temps. Je crois même avoir souhaité plusieurs fois les y rejoindre... POUR CESSER D'Y PENSER !...
Et aujourd’hui, me retrouve moi-même avec beaucoup d’émotions dans cette impitoyable et si belle photo 8..

Et pourtant, on ne m'a pas imposé de thérapie anti-gay. Pour cela, encore aurait-il fallu que, dans mon entourage, on puisse savoir que je l'étais !...

Ma "thérapie", j'ai très longtemps essayé de me la faire tout seul…
Et croyez-moi, les Hommes, on peut aussi être pour soi-même un bourreau particulièrement implacable et plein d'imagination... Cela doit dépendre du contexte dans lequel la Vie vous a parachuté et de tout ce que vous y avez intégré inconsciemment.
Et puis peut-être un peu de vos talents personnels et de votre force intérieure…

Ma force à moi m’a tout juste suffit pour essayer quand même de vivre « avec ça » et ne pas me flinguer…. Soit d’un coup comme Marc, Claude et probablement Didier. Ou à petit feu, comme Paul et François, sans doute…
Beaucoup de souffrances pour eux… Beaucoup de compromissions et de mensonges (…et de souffrance !) pour moi.
Alors… aurais-je gâché ma vie ?... Je le saurai peut-être bientôt.

En attendant, je remercie cette force intérieure qui me permet de voir aujourd’hui ce M. Chambers déposer les armes. Et l’autre jour, ce prélat polonais ouvrir son cœur…
Et merci à André et tous ceux qui ont mouillé leur chemise pour que ces deux garçons, croisés l’autre soir en ville, puissent se tenir la main et m’inspirer un sourire… pas trop teinté de regrets ou de jalousie !

Allez, la vie peut parfois être belle quand elle avance.

André a dit…

Philippe! non, tu n'as pas gâché ton existence si tu la considères sur le mode de la succession de nombreuses vies où, chaque fois, nous essayons de progresser (à moins que nous ne restions sur place). Dans celle que tu traverses actuellement, tu as appris à naviguer entre les icebergs. Dans une prochaine (si tu crois à des renaissances possibles) tu apprendras peut-être à te conduire comme un brise-glace qui affronte les difficultés et les écarte.

Au début de la catastrophe du sida, quand je voyais tant de jeunes vies massacrées autour de moi, l'espoir que ces gars pourraient revenir et poursuivre leur développement m'a sorti de la détresse absolue. Celle que je ressentais auprès de ceux qui avaient évolué avec tant de finesse durant leur maladie. Je me disais: quel gâchis, quelle perte pour notre société! Mais ce qu'ils ont appris leur servira la prochaine fois.

Plus tard, en voyant O. dans son cercueil, mon grand amour fauché par le cancer, et quelques semaines plus tard un de mes neveux tombé à 29 ans, je n'ai ressenti aucune vibration, rien ne venant d'eux, et me suis dit: la mort, c'est point final.

Depuis que j'ai étudié la médiumnité, et maintenant le chamanisme, j'ai des preuves très concrètes que la vie rebondit d'une existence à l'autre, comme un galet qui ricoche sur l'eau jusqu'à ce que son cycle soit achevé.

Plus belle la vie lorsqu'on perçoit qu'elle évolue!

unnu a dit…

La peur de la différence,
Détruire plutôt que de comprendre,
C'est la solution de facilité,
Diabolisé, mettre à part, nier,
Voilà les ficelles grossières pour manipuler les "plus petits que soit"
Lentement,petitement, nos sociétés tendent en humanité ne désesperons pas, les cycles sont en fait des spirales qui petit à petit pas à pas tirent les hommes vers le haut vers un monde meilleur.

Philippe du Nvd a dit…

Merci à tous deux de vos commentaires...
Comme vous, je veux croire que notre humanité progresse pas à pas, malgré ses faux-pas et ses rechutes…
Les mots d’Unnu me remettent en mémoire cette magnifique chanson de Raymond Lévesque qu'il m'est arrivé de chanter à tue-tête, dans ma voiture... les soirs où ça allait vraiment trop mal:

"Quand les homme vivront d'amour, il n'y aura plus de misère. Les soldats seront troubadours...
…mais nous... nous serons morts, mon frère !"...

Alors... une autre chance pour moi, dans une autre existence ?... J’aimerais bien. Mais, à mon niveau et honnêtement, je ne suis pas sûr, hélas, de pouvoir partager tes certitudes, André.
Je t'envie, bien sûr. je t'envie d'avoir su recevoir cette connaissance.
Mais les questions qui sont les miennes concernant mon existence présente et actuelle demeurent entières…
…même apaisées !

Amitiés.

(et mes excuses pour le squat de ton blogue )

André a dit…

J'aime bien squatter avec des gens intelligents et généreux, qui prennent le temps de discuter et partager du fond du coeur.

franck frenguelli a dit…

très belle photos et aussi un grand merci a toi André de les faire partagés,les personnes Anti-gay, ne devrait pas ce prononcé car les personnes gay on autant de droit que chacun

clodoweg a dit…

Ah, moi aussi j'ai chanté cette chanson.

Xersex a dit…

e jour où l'humanité n'aura plus besoin des religions révélées et preceptives, on ne verra plus des persécutions des personnes LGBT. Dieu existe, certes, mais il ne se préoccupe pas si nous nous sentons attirés hommes ou des femmes, si nous nous sentons mâle ou femelle. Encore moins il se soucie si nous nous masturbons!