mardi 24 novembre 2015

Le Japonais Cauro Hige dénude les bears avec humour et finesse




Né à Osaka, Cauro Hige est un artiste autodidacte qui peint à l'acrylique sur contreplaqué ou dessine en numérique. Il vient de publier un premier album intitulé Bearutus dédié aux bears, les ours qui le font bander. Ces mecs représentent un croisement entre le gros machin adipeux japonais et son alter ego ricain, plus poilu. Je trouve qu'il traduit avec sensibilité l'aspect tendre et chaleureux de nombreux bears.




Ci-dessus: "Poséidon". Citation d'une interview de l'écrivain néerlandais Cees Nooteboom, parue récemment dans Le Temps (Lausanne). "On connaît encore le nom des dieux grecs, mais leurs temples sont vides. Qu'en pense Poséidon? Qu'est-ce que cela fait de ne plus être prié par personne? Est-ce qu'il en a parlé avec les autres dieux? Sont-ils jaloux des dieux qui sont apparus après eux? Rient-ils maintenant que ces dieux sont abandonnés à leur tour? Les temples de Poséidon ont dû être remplis de marins, de commerçants qui avaient besoin de sa protection, qui n'osaient pas prendre la mer sans elle. De tout cela il ne reste rien. Les églises aux Pays-Bas sont vides... On peut imaginer que ce qui s'est passé pour les temples grecs se passera aussi avec les cathédrales."

André






3 commentaires:

franck frenguelli a dit…

très belle oeuvre chinoise très beau dessin

Xersex a dit…

quel bonheur!!! bravo à cet artiste!!!

Philippe du Nvd a dit…

Habituellement, je ne suis pas trop porté sur le look "bear"...
Mais là, franchement je craque !

Qu'est ce qu'on doit se sentir bien dans les bras de ce Poséidon, blotti contre sa poitrine, à écouter battre son cœur plus fort que le ressac des vagues et les tempêtes qui dévastent notre pauvre Terre de 2015 !...
Sentir la force et le calme couler de son ventre rassurant...

Venez donc y rêver un peu avec moi, les amis: là, il y a de la place pour tout le monde.
Et on se serrera pour avoir bien chaud.