samedi 12 décembre 2015

Pipe: on ne parle pas la bouche pleine et on n'oublie pas le frein









C'est un acte très intime et pourtant tellement pratiqué que certains en oublient la charge sensuelle et s'y lancent comme des automates. Quant aux artistes, ils usent de tous les instruments à leur disposition -- lèvres, langue, palais, doigts, sans oublier les yeux et l'écoute intuitive du corps qu'ils cajolent -- pour jouer une symphonie dont ils respectent tous les mouvements avant de l'achever. Une bouche peut réaliser des exploits qui ne sont pas à la portée d'un vagin et diriger le jeu, maîtriser le tempo comme un chef d'orchestre... On oublie trop souvent le frein, ce ligament fripon qu'il faut taquiner et frustrer au bord de l'orgasme pour lui faire danser le tango, en duo avec le périnée, et atteindre ainsi une béatitude plus explosive encore.

André









7 commentaires:

franck frenguelli a dit…

joli, magnifique

Xersex a dit…

j'aime le sexe oral: le faire et le recevoir! peut-être parce que je ne l'aime le sexe anal, mais je pense que le sexe oral donne plus de satisfaction. sans oublier le jus mâle, que je l'aime tellement, et à avaler, et à être avaler.

Philippe du Nvd a dit…

Petite question d'ordre médical...
(en espérant ne pas jeter un froid consternant sur cette magnifique page et vos commentaires...)

Je suis aussi adepte de la chose et avec mes partenaires occasionnels je prends toujours beaucoup de précautions... Mais, finalement, quels risques y aurait il à recevoir ou même à avaler de ce jus d'hommes ?

J'entends divers avis autour de moi et je vois que la pratique semble ne plus poser trop de problèmes... Quelqu'un serait-il vraiment au courant ?

Merci de me répondre et merci à André de continuer à nous faire rêver.

Philippe RV a dit…

Hello André,
...Et on n'oublie surtout pas de déguster et d'avaler ce magnifique nectar que, nous les hommes, produisons.
Bonne semaine et bisous
Philippe sur la Riviera

André a dit…

Phil RV: ok, c'est noté!

franck frenguelli a dit…

a ce moment là tu ne peux plus dire Strasbourg mais tu dit sa bourre, j'aime bien se dicton venant un peux de moi

CHRISTIAN BAILLY a dit…

que de belles images !
huuum je m'inscrit à ton blog pour le plaisir des yeux !