mardi 8 mars 2016

Amour bourru, ou tendre, entre mecs -- et soutien des femmes






Aujourd'hui, Journée internationale de la femme, il vaut la peine de comprendre pourquoi les femmes -- et les LGBT -- doivent encore réclamer l'égalité dont les autres êtres humains disposent dès leur naissance (parce qu'il sont dotés d'un service trois-pièces). Nous, les gays, nous y avons droit aussi longtemps que nos manières ne nous trahissent pas et que nous ne sommes pas sortis du placard. Puis boum! c'est la dégringolade au statut de troisième classe, la deuxième étant réservée aux femmes hétéros.


À part quelques Églises protestantes et un mouvement israélite libéral qui ont finalement institué l'égalité au sein du clergé (femmes pasteures, femmes évêques, femmes rabbi), toutes les autres communautés -- qu'elles soient orthodoxes, catholiques ou évangéliques -- expliquent leur misogynie en se cachant derrière leur Dieu, comme le font les musulmans et les israélites. Ce dieu-là est une feuille de vigne... Reprenons la question de l'égalité. Lorsque le mariage a été instauré, c'était pour enregistrer l'acte de propriété d'un homme sur une femme. Cette mentalité patriarcale perdure. La femme produit les enfants d'un mec, les nourrit lui et eux, reçoit sa semence et son plaisir, s'occupe de tout sauf de la voiture.




Et dans la tradition que perpétuent ces machos, la femme n'est pas encouragée à prendre du plaisir au plumard, ou du moins à le montrer, à l'exiger. (Pas plus qu'elle ne peut entreprendre une carrière qui ferait de l'ombre à son époux.) Pour les bigots, la sodomie gay est une abomination; mais ils la pratiquent en secret afin de contrôler les naissances puisque pilule et capote sont tabou. Mais le fait que deux LGBT ne puissent pas concevoir naturellement un enfant rend le "mariage homo" impossible puisqu'il n'est pas compatible avec leur idée d'une procréation indispensable.


En fait, ce qui les dérange vraiment, c'est que le mariage des LGBT détruit leur conception [dans tous les sens] du mariage entre deux êtres inégaux. Car, à moins de souffrir d'un problème psychologique grave, deux femmes ou deux hommes qui s'aiment ne vont pas décider que l'un/e des partenaires devra obéir à l'autre. C'est l'un des critères (parfois si profondément enraciné qu'il en est inconscient) qui pousse les gens religieux à déclarer que le mariage pour tous menace les "valeurs traditionnelles". Notons-le pour répondre lorsqu'on nous jette ce concept à la gueule. Soutenons la cause des femmes et aimons-nous les uns les autres!

André







5 commentaires:

Anonyme a dit…

Ce qui m'agace avec la journée de la femme est que l'on diffuse l'idée que toutes les femmes sont des victimes et tous les hommes des agresseurs alors qu'il y a des victimes et des agresseurs des deux côté.

André a dit…

Ce n'est absolument pas le sujet de ce texte...

franck devenes a dit…

Moi je mettrais les hommes gay et les femmes lesbiennes en premier et les hommes et femmes hétéro en dernier

Xersex a dit…

@ franck devenes
T'as raison!!!! mdr!

Philippe du Nvd a dit…

En admettant que la Terre soit vraiment ronde et tourne sur elle-même, comme on essaie de nous le faire croire, j'aurais beaucoup de peine à savoir qui, des homos ou des hétéros (femmes ou hommes) sera le premier au Soleil...
Excusez mes limites...