mercredi 22 juin 2016

La pipe -- à la fois offrande et jeu de pouvoir entre partenaires




L'un debout, l'autre à genoux... Ce n'est pas forcément un acte de soumission. Plutôt une offrande. Le temps d'une pipe, le fellateur honore la part d'instinct viril et dominateur de son partenaire. Il lève les yeux vers lui avec un regard à la fois interrogateur et admiratif. Les gars qui aiment tailler des pipes -- qui éprouvent un besoin organique de sentir le plaisir monter dans l'organe et s'emparer des couilles, de flairer l'odeur du mâle, de goûter aux saveurs de ce qu'ils lèchent et de ce qui gicle -- sont les ordonnateurs parfaits du plaisir; ils donnent à leur bénéficiaire un sentiment d'omnipotence impériale. C'est sûr, certains fellateurs ont besoin de s'installer dans un rôle de soumis. Mais gare au retournement de situation lorsque l'artiste taille si bien qu'il asservit son partenaire à cette jouissance ! Alors que, dans une relation équilibrée, chacun à son tour prend en bouche et en mains le rôle de promoteur. On n'a jamais autant de pouvoir sur son mec qu'agenouillé devant lui. À moins d'être un excellent cuisinier !

André


Entretien d'embauche.



Béatitude.
















4 commentaires:

Xersex a dit…

ah la pipe! faite et reçue! quel bonheur! pour finir en avalant le jus l'un l'autre!!!

Philippe du Nvd a dit…

Un moment très troublant, quand on se fait ainsi boire pour la première fois...
Je me souviens encore de ses yeux levés sur moi et de ses mains agrippées à mes fesses... de l'odeur de la forêt et du contact de cet arbre dans mon dos...
J'ai voulu courtoisement me retirer au moment de jouir... Mais il a grogné en me plaquant encore plus fermement à sa bouche... Il a pris son temps pour avaler puis pour lécher partout...
Ensuite, il m'a dit: merci... Et moi, je ne savais plus où me mettre.

Mais c'était il y a longtemps... bien avant les années VIH !

Avaler, moi, je n'ai jamais pu. Ni avant, ni après.
Pourtant, il me semble que cette pratique est à nouveau dans l'air du temps, même entre partenaires occasionnels...
Alors dis-moi André, toi qui est un homme d'expérience... vraiment, peut-on ?...

André a dit…

Philippe, beau récit de ta première fois. Donc, comme le généreux anonyme, je te dis: merci!

Quant à ta question concernant avaler ou pas, les sites spécialisés te répondront mieux que moi. Mes longues années de vie gay m'ont appris ceci: certains mecs sont plus résistants (santé) ou chanceux (un sans-capote dans un moment d'égarement où l'on ne pense plus au lendemain) que d'autres. J'ai souvent pensé en entrant dans une boîte à danser ou un sauna que je mettais un petit peu ma vie en danger. Quelques fois, cela aurait pu très mal tourner. Une journée ensoleillée en Colombie, direction l'Amazonie, dans un avion qui avait vidé ses réserves pour atterrir éventuellement sur le ventre (et il n'y avait pas un seul pompier sur la piste) j'ai décidé que j'avais atteint mon kilométrage limite de vols à travers le monde et je me suis calmé un moment.

Des amis et un compagnon sont morts à côté de moi. Ils étaient plus jeunes, et pourtant... Le vieux est coriace. Mais encore combien de temps?

franck devenes a dit…

Très belle photos et aussi très beau témoignage