dimanche 19 juin 2016

Transcender gayement les sexualités, genres, religions et origines



Orlando.

Permettez-moi de faire le grand écart entre deux situations qui, à première vue, ne se ressemblent guère. Mais vous verrez... Dimanche dernier, quand Amanda Pressman -- 22 ans, étudiante -- a reçu la première notification d'une terrible fusillade, le message mentionnait le Pulse, mais pas la ville où se déroulait le massacre. La première réaction d'Amanda a été d'espérer que le criminel n'était ni un Noir, ni un musulman. La jeune femme chevauche deux identités. Ses parents ont émigré de l'Indonésie musulmane aux États-Unis et elle est lesbienne.

Solidarité avec les musulmans gays.
Dans un pays qui a connu les attentats du 11 septembre et la fusillade de San Bernardino, qui subit les logorrhées de Donald Trump contre les musulmans, Amanda se disait qu'elle ne supporterait pas une autre tragédie dont on la rendrait en quelque sorte coupable à cause de ses deux appartenances. En ce qui la concerne, son orientation sexuelle et son héritage religieux font bon ménage. Mais dimanche dernier, alors que le nombre de victimes augmentait, elle se sentait anéantie autant par l'identité du meurtrier que par celle des victimes LGBT. "Oui, je suis brisée, dit-elle, lorsque des êtres comme moi tuent des êtres comme moi. Comment faire pour protéger mutuellement les deux côtés de ma personnalité?"

Hommage aux victimes d'Orlando: Corine Mauch, maire de Zurich depuis 2009, elle-même LGBT.
En entendant les nouvelles du massacre d'Orlando, Omar Sarwar a ressenti peur et dégoût, son coeur s'est brisé. "Ma première réaction a été de prier pour les familles des victimes, de condamner le criminel et de consoler mes soeurs et frères LGBT en réaffirmant notre dignité humaine, même si nous sommes encore une minorité opprimée. En tant qu'Américain gay et musulman, je me sens particulièrement vulnérable au sein d'une société empoisonnée par l'homophobie et le racisme islamophobe. Je passe constamment de la communauté LGBT -- pour l'encourager à plus d'ouverture face aux musulmans --, à la communauté musulmane pour l'inciter à plus de tolérance envers les gays. Je regrette profondément que l'assassin Omar Mateen ne soit pas parvenu à accepter ses deux natures."



Parution du 15 juin. Sans commentaire.
L'homophobie qu'un mec bi ou gay ressent au fond de lui, à cause de son éducation, peut affecter sa santé mentale et l'amener à se détruire ou devenir violent envers les autres s'il n'est pas soigné. D'autant plus dans un pays comme les États-Unis où la protection contre les discriminations est constamment remise en question par le parti républicain qui s'appuie sur la population religieuse conservatrice. Quelque 200 projets de lois discriminant les personnes LGBT ont été adoptés ces derniers six mois!

Selon la plupart des théologiens musulmans, le désir ressenti envers une personne du même sexe doit être contrôlé et supprimé de la même manière que l'adultère hétéro. C'est aussi l'interprétation que font les catholiques, les orthodoxes et les protestants fondamentalistes. Pourtant, une enquête d'opinion en 2014 a révélé que 44% des Américains qui se disent chrétiens étaient favorables au mariage pour tous, 42% des musulmans aussi et 77% des juifs!

Le grand écart pour atteindre la paix intérieure.
Et là, j'opère un grand saut du côté d'une personne transgenre. J'ai déjà présenté Franck -- précédemment Daniela, femme mariée -- qui dans sa nouvelle identité de gars se sent merveilleusement mâle et gay. Le grand écart de sa vie. Il a déjà subi une double opération avec succès: mastectomie et stérilisation (ablation des ovaires). Mardi 21 juin il passera de nouveau sur le billard et l'intervention sera plus lourde. Les chirurgiens vont travailler sur son clitoris et ce qui l'entoure afin que Franck puisse, selon son expression "pisser comme un homme". Ils vont aussi préparer son corps en vue de la phalloplastie qui sera la prochaine étape chirurgicale. Franck ne pourra pas s'asseoir les premiers jours qui suivront l'opération, mais il envisage cette épreuve avec la foi et le courage qui nourrissent les nouvelles naissances, qu'elles soient physiques ou spirituelles. Dans son cas, d'après mes observations, c'est un peu les deux.

Le but de Franck: la phalloplastie.
 
C'est pourquoi j'estime que de reconnaître plusieurs identités dans sa propre chair -- physiquement ou mentalement, sinon les deux -- peut s'avérer une richesse pour les gens créatifs, entreprenants et courageux. Si le combat de Franck vous touche, pensez à lui mardi et les jours suivants! Votre énergie chaleureuse guidera la main du chirurgien et accompagnera ce jeune homme de 50 ans dans sa guérison...

André
J'ai lu les témoignages d'Amanda et d'Omar dans The Advocate.

2 commentaires:

Xersex a dit…

Bravo André!!!

franck devenes a dit…

très belle article, j'ai énormément aimer par apport a ce que tu as dit sur moi, et aussi sur ton message qui m'apporte une onde positive, un grand merci André