dimanche 28 août 2016

Mariage pour tous: l'Australie ruse pour retarder son adoption


Water-polo ou politique...

...les coups bas et les déculottées font partie du jeu.


En Australie les personnes LGBTQIA [oui, ça s'allonge!] bénéficient d'une bonne tolérance même si certains politiciens et de nombreuses communautés d'appartenances religieuses -- catholique, protestante, juive, musulmane, et quelques organisations très intégristes -- manifestent publiquement leur hostilité à toute forme d'amour et de sexualité en dehors du mariage hétéro. Quant aux droits officiellement reconnus à nos soeurs et frères queer, ils diffèrent d'un État ou territoire du pays à l'autre.



Actuellement, le gouvernement se prépare à lancer un plébiscite national par lequel les Australiens pourront exprimer s'ils sont favorables ou non au mariage pour tous. Or, les associations LGBTQIA  et les Parents et Amis des Lesbiennes et Gays se déclarent ouvertement contre un plébiscite qui ne serait que consultatif. Un sondage d'opinion fait ressortir que 48% des personnes interrogées seraient favorables à l'égalité du mariage, mais le pourcentage des gens favorables au plébiscite tombe à 25% lorsque les sondés sont informés 1) du prix exorbitant que coûterait cette opération et 2) que le gouvernement ne serait pas obligé de tenir compte du résultat...




Les militants demandent donc à ceux qui soutiennent la cause des queers de faire pression auprès de leurs politiciens afin qu'ils renoncent au plébiscite, vu que cette mesure ressemble fort à une ruse, une manoeuvre dilatoire pour retarder la légalisation d'un mariage ouvert à toutes et à tous. En effet, si la population en général est ouverte à l'égalité, il n'en est pas de même des politiques qui doivent plaire aux groupes de pression de leur État ou territoire.

André







2 commentaires:

Xersex a dit…

merci pour cette mise à jour. Chaque évolution a une partie qui résiste!
Évidemment des belles photos.

franck devenes a dit…

très belle photo, mais a force de ruser l'Australie un jour elle faudra bien qu'elle accepte mais bon l'avenir le dira