vendredi 17 octobre 2014

Adam et Yves -- et les grands couturiers -- à l'assaut du Vatican


La nudité, c'est...

...l'habit de...

...la sincérité.
Réunis en synode à Rome, les princes de l'Église catholique se querellent sur des sujets mineurs, mais qui les fâchent. Alors que le monde est bouleversé 1) par les guerres au Proche et Moyen-Orient ainsi qu'à l'est de l'Europe, 2) par les échecs des manifestations populaires au nord de l'Afrique et peut-être à Hong-Kong, 3) par une nouvelle maladie qui répand la terreur, 4) et par la situation socio-politico-économique catastrophique de pays comme la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal -- tous très catholiques.

Un rapport sur les débats de la première semaine laisse entendre que l'Église pourrait devenir un peu plus sensible aux interdits qu'elle pose à ses fidèles. Mais on est encore loin des sujets comme l'accès à la contraception et à l'usage de la capote pour protéger le budget des familles ainsi que la santé des femmes et des hommes qui n'ont pas fait voeux de chasteté. Au Vatican, il est question de partager la communion avec les divorcés remariés (sous certaines conditions), sujet qui divise profondément. Question aussi de la cohabitation "sérieuse" et du mariage civil. L'Église cherche à les réévaluer avec une "nouvelle sensibilité".

S.E.R. le Cardinal Raymond Burke, toujours entouré...

... de ses mignons.
Quant aux LGBTIQ, on leur trouve, c'est nouveau, "des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne". Non, n'allez pas croire qu'une armée de décorateurs va fondre sur les palais pontificaux et la chapelle Sixtine pour les débarrasser des autels, statues, représentations de supplices, ainsi que de ces fresques qui donnent le torticolis. Ou qu'une cohorte de couturiers va se chamailler pour redessiner les collections de chasubles en soie, satin, fibres synthétiques et dentelle. Non, non! Il est question de notre essence profonde, car "l'identité d'une personne n'est pas déterminée uniquement par son orientation sexuelle". Ce constat troublant est probablement né des débats sur le pacs et le mariage pour toutes et tous. Nous sommes et resterons des bêtes de sexe (nous le revendiquons presque toutes et tous!), mais le Vatican nous concède un coeur, du sentiment et la capacité d'aimer!



Très partagé sur ces sujets, le synode s'empresse d'ajouter qu'il ne va pas modifier la doctrine condamnant l'acte homosexuel et réserve le terme de "mariage" à l'union d'un homme et d'une femme. Le sida aussi est passé par là: les cardinaux prennent acte "de cas où le soutien réciproque jusqu'au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires". Combien de prêtres ont soutenu le moral des malades, combien de laïcs ont soigné et accompagné des prêtres sidéens avec discrétion! Nous ne condamnons pas les ouvriers, mais leurs patrons.


Que les cathos traditionalistes soient rassurés, et l'émotion des croyants LGBTIQ tempérée. Ce document n'est qu'une relatio, il n'engage pas les décisions qui seront prise demain... Samedi dernier à Rome, le cardinal fondamentaliste Raymond Burke [prononcez berk!], archevêque émérite de St. Louis (USA), était le seul haut prélat à se montrer à la "Manif pour tous - Italia". La veille, à des parents qui lui demandaient si ils pouvaient inviter leur fils gay à Noël, il avait répondu qu'ils devaient l'éviter et isoler ce garçon "d'une manière calme, sereine, raisonnable et chrétienne". Pour ne pas faire de tort à leurs autres enfants en leur montrant qu'ils traitaient un gay comme une personne normale.

Pêcheur de profession et disciple de Jésus, Pierre se foutait à poil lorsqu'il allait bosser.
Qu'en est-il d'Adam et Yves? Dans son talk-show, résumant le changement d'attitude des Américains envers les LGBTIQ, Stephen Colbert a commenté la relatio du Vatican et déclaré: "Écoute bien, toi le pape Fabuleux 1er, le Seigneur est parfaitement au clair en ce qui concerne les gays. La première fois qu'Il a vu un mec à poil gambader dans son parc, il lui a arraché une côte et l'a forcé à baiser une femme!" C'est vrai que le Vatican devrait réécrire la bible s'il voulait faire la paix avec nous, et inclure quatre nouveaux personnages dans le jardin d'Éden: Adeline et Ève, ainsi qu'Adam rencontrant Yves (plus beau et plus viril qu'un ange) derrière un arbre fruitier, un figuier probablement.

André

Horreur: dentelles dépareillées et jupon rose !!!

Quel atroce mariage de couleurs, Seigneur-dieu !

dimanche 12 octobre 2014

Un couple mec-mec immortalisé en Égypte il y a 4444 ans...




Deux hommes se font face, nez à nez, dans la Nécropole de Saqqarah près de Memphis en Égypte. Sont-ils des frères, voire des jumeaux, ou forment-ils un couple de compagnons inséparables? À vous d'en décider. Ils se nommaient Niankhkhnum et Khnumhotep et vivaient vers 2430 ans avant notre ère. Découverte en 1964, leur tombe a dû coûter une fortune, ce qui signifie qu'ils étaient très proches du pharaon pour bénéficier d'un tel honneur. Pas si étonnant pour deux gars qui étaient désignés comme prophètes de Ra et occupaient ensemble le poste de responsables des manucures de la Cour. Le hiéroglyphe correspondant représente une patte d'animal aux griffes tendues. Donc: à l'époque comme aujourd'hui les coiffeurs, manucures et masseurs étaient les fidèles confidents de leurs clients...



Leur genre est spécifié par un hm, appellation attribuée à la caste des prêtres ainsi qu'aux hommes  accomplissant des tâches habituellement confiées aux femmes. Peu de changement, là aussi. Et ils sont ensevelis ensemble comme un couple homme-femme. Sur certaines inscriptions, leurs noms sont enlacés pour exprimer qu'ils allaient passer l'éternité ensemble comme ils avaient été liés dans la vie. Mais attention: l'épouse de Niankhkhnum est représentée derrière lui dans l'une des peintures; les enfants des deux hommes figurent aussi sur les murs. Ce qui prouve l'hétérosexualité de ces prêtres manucures, n'est-ce pas? Sauf que Khnumhotep occupe toujours la place réservée normalement à l'épouse dans les peintures de couples hétéros...



À cette époque (comme à d'autres) l'homosexualité n'était pas acceptée partout, bien qu'ouvertement pratiquée par des prêtres et des membres de la haute société. On constate donc que l'histoire des manucures du pharaons ressemble à celle de nombreux couples LGBT d'aujourd'hui. Deux hommes entourés des enfants de précédents mariages... Alors que toutes les religions du pourtour méditerranéen ont changé -- et qu'un dieu unique est venu remplacer les nombreuses divinités précédentes -- le judaïsme, le christianisme et l'islam n'ont pas progressé face à cette hantise du couple unisexe. Seules quelques Églises protestantes, dans des pays évolués, reconnaissent que l'important c'est d'aimer.

 André