jeudi 5 mars 2015

L'initiation sexuelle d'un fils par son père -- tous deux à poil



Peter K. rend hommage à son père pour la manière dont il l'a initié à la sexualité masculine. Témoignage recueilli sur un forum américain.

Mon père et moi avons souvent eu l'occasion de nous voir à poil lors des 60 ans durant lesquels nous avons partagé notre vie sur cette planète. Aujourd'hui il n'est plus de ce monde. À la maison il n'y avait qu'une salle de bain que nous partagions à l'heure de faire notre toilette. Ce moment d'intimité mâle nous a permis d'échanger des idées. Cela s'appelle les moments de vérité dans l'éducation d'un jeune garçon.



À cinq ans j'étais déjà un petit diable. Je me souviens d'avoir demandé à mon père, alors qu'il venait de me sortir du lit pour me préparer à aller à l'école, pourquoi mon pénis était dur. Je m'étais cambré et l'avait brandi devant lui; le moment d'après, il avait repris sa posture habituelle. Papa m'a expliqué que mon petit gourdin s'exerçait en vue de ce que j'aurais besoin de faire lorsque je serais plus âgé. Parmi tout ce qu'un petit gars enregistre et expérimente en grandissant, je trouve que la réponse était claire, pas besoin de me faire du souci.



Il m'arrivait de voir l'érection matinale de papa lorsqu'il se rendait à la salle de bain. Puis je constatais que sa bite était au repos alors qu'il sortait de la baignoire pour se sécher. Le voir nu me permettait d'imaginer à quoi ressemblerait mon corps plus tard. À l'adolescence, mon érection du matin est bientôt devenue aussi imposante que la sienne. Alors, il m'a expliqué que l'entraînement auquel s'adonnait mon pénis en devenant dur le matin avait besoin d'aide de ma part. Il me faudrait trouver un endroit où je pourrais me retirer et l'exercer en le frottant. Ainsi mon corps apprendrait à produire les différents liquides dont j'aurais besoin pour transmettre la vie lorsque l'occasion se présenterait. Le liquide ne viendrait pas tout de suite, c'était normal. Et, bien que le frottement soit agréable, je ne devrais pas me hâter, mais prendre tout mon temps. Très bon conseil: je n'ai jamais souffert d'éjaculation précoce à l'âge adulte. Et j'ai appris que la masturbation était un acte simple et nécessaire dans ma vie -- quelque chose que j'ai pratiqué une à deux fois par jour durant l'adolescence sans sentiment de honte ni d'étrangeté.



Lorsque nous passions nos vacances en famille dans un chalet au bord d'un lac, papa et moi nous levions plus tôt que les autres pour aller nager au lever du soleil, à poil. C'était à qui arriverait le premier au ponton, puis au retour à la rive; nous arrivions presque toujours ensemble sans qu'il y ait un gagnant. Mon père m'expliquait qu'il ne voulait pas me laisser le battre, et qu'il ne voulait pas non plus se dire qu'il avait élevé un fils incapable de le faire. C'était des moments merveilleux, le monde nous appartenait!


Insensibles aux changements de mode des maillots de bain, papa et moi étions des êtres hors du temps, nus ensemble. Comme son frère et lui l'avaient été jadis avec mon grand-père. Une habitude qui nous venait du fond des âges comme une chaîne depuis les chasseurs d'antan qui ne portaient pas de vêtements.
Adulte, j'ai dépassé mon père en hauteur et en largeur d'épaules. Et nous étions tous deux heureux et fiers de constater que mon pénis était plus grand que le sien, au repos comme en érection. "C'est une évolution normale, me disait-il en souriant, chaque génération doit progresser par rapport à la précédente!"

André pour l'adaptation et le choix des photos.

lundi 2 mars 2015

Ils se sont tous rhabillés... Google a gagné... Vive la pudeur !




Comme nous en  avons pris conscience avec la tentative avortée de Google cherchant à privatiser -- sinon châtrer -- nos blogues, "le cul est politique" plutôt que poétique. Oui, mon cul, ma prostate, mon périnée, mes couilles, ma bite et mes tétons (complétez à votre convenance) ne jouissent pas de l'entière liberté qui serait accordée à mes poèmes. Aussi médiocres soient-ils, ils trouveraient sans peine un éditeur subventionné qui les livrerait à un public que la poésie pourtant n'intéresse guère...
Je souhaite que cette alerte permette d'instaurer une culture du débat et de la solidarité au sein de la corporation des blogueurs LGBT. Et pourquoi pas aussi en collaboration avec nos amies et amis hétéros dont les blogues traitent de l'amour, de l'érotisme et de la sexualité.                                                    André
















Les jeux de main, c'est fini. Vive la pudeur!

samedi 28 février 2015

L'échec de Goggle qui voulait jouer au braghettone de Blogspot




Ainsi donc, après des années durant lesquelles Google, propriétaire de Blogger, avait plus ou moins respecté notre liberté d'expression, la multinationale avait décidé de censurer les blogues qui s'adressent aux "adultes" parmi nous. Le message reçu à ce sujet a rapidement disparu de mon compte laissant penser que la réaction du public international était plus large qu'escompté. Sous la pression -- et peut-être aussi la crainte d'une intervention de hackers, ces pirates qui se mettent parfois au service de la liberté d'information -- la compagnie a annulé sa décision. J'y reviendrai plus bas.

Les cache-sexes du braghettone.

Descente de Croix (détail).
Rappelez-vous l'histoire du peintre italien connu sous le nom de Daniele da Volterra (1509 à 1566) et surnommé Il Braghettone, le faiseur de braguettes, de cache-sexes. Il avait travaillé avec Michel-Ange et, après la mort du génie, on l'avait chargé de recouvrir d'un voile les sexes les plus visibles du Jugement Dernier de la Chapelle Sixtine. E la censura è continuata anche nei secoli successivi... L'oeuvre la plus connue de Volterra est sa Descente de Croix peinte d'après des esquisses de Michel-Ange.

Le mépris de Google envers les blogueurs de blogspot.
Le changement que nous proposait Google était hypocrite. À partir du 23 mars, si nous ne voulions pas expurger notre blogue de toute image de nu ou d'acte sexuel, il serait rendu "privé" et seuls les visiteurs inscrits pourraient y accéder. En plus, nous devions apporter "les modifications nécessaires" pour mettre tout le contenu déjà existant en conformité avec les nouvelles règles!!! Imaginez que je braguettonne les 1104 articles publiés depuis juin 2010 -- sur lesquels des visiteurs ont cliqué 2'539'800 fois -- je deviendrais encore plus obsédé sexuellement...



Et les blogues privés ainsi que les titres de leurs nouvelles parutions ne figureraient plus sur les liens ni les moteurs de recherche. Ils auraient été isolés de la grande famille intercontinentale des lecteurs de blogspot. Autant dire qu'il s'agissait d'une mise à mort par Google, maquillée en mesure vertueuse... Face à qui la multinationale voulait-elle se refaire une vertu (à nos dépens)? Elle qui fouine de tous les aspects de notre vie privée dont elle pourrait tirer de l'argent en revendant ces informations!


Les blogueurs de la pédale mis hors course?

Un gouvernement démocratique qui prendrait cette décision serait obligé de la justifier. Mais pas une multinationale impérialiste qui se situe au-dessus des lois. Nous, petits blogueurs qui avons pris grand plaisir à nous exprimer librement devant le monde entier -- jusqu'à publier l'expression photographique de nos fantasmes les plus secrets -- nous prenons subitement conscience des limites de la générosité de Google qui a pourtant changé notre vie par ses servies apparemment gratuits! Cette prise de conscience est dans l'air du temps.

La photo aujourd'hui.

Pompéi.

Dans le marbre.
Les blogueurs qui ont abdiqué ces jours derniers nous manqueront. Et, paraît-il, 4641 blogues auraient été supprimés par Blogger samedi dernier... Ma "ligne éditoriale" qui s'était développée peu à peu était la suivante: 1) cogitations sur la vie des mâles en général -- et des gays -- en cette période de grands bouleversements psycho-sexuels; 2) témoignage d'un senior sur les changements qu'il vit dans sa chair et son âme; 3) publication de l'iconographie érotique gracieusement partagée sur la toile. Hier encore je me demandais si je trouverais le moyen de continuer à publier -- et la patience d'attendre que la censure ne se desserre. Ou si j'allais décider d'abandonner et d'accorder plus de temps à mes autres activités?

Mais une petite voix me disait de ne rien précipiter. Que la mort annoncée d'un grand échange des informations, des idées, des points de vue et des solidarités au niveau mondial n'aurait pas lieu.

André

Un site précieux: http://googlebloggerclosesgayblogs.blogspot.ch/